Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La pluie dégouline le long des vitres. Sans arrêt, elle glougloute devant la maison, clapote derrière le hangar. Une pluie fine, droite, stricte, continue, d’avant déluge. Une pluie sévère, sans condition. Le ciel, plutôt gris, tire maintenant sur le noir. Mes pensées sont à l’unisson. Plus grises que noires. Nostalgiques plutôt que désespérées. Mais le 3ème jour, plus envie d’enfiler les bottes, de mettre l’imperméable pour la balade salutaire et solitaire,  dans les bois.

J’ai de la lecture et du courrier en retard. Un peu dérisoire en ce qui concerne le courrier vu qu’aucun facteur ne monte plus au village. D’ailleurs la grande boite aux lettres jaune est un peu rouillée. Les gouttes de pluie ont du y pénétrer. La grande rue, l’unique rue, brille de tout son macadam, prête à s’offrir aux prochains rayons de soleil tant espérés. Les chemins vicinaux sont déjà boueux. Pas un chat dehors. Seules quelques vaches qui s’abritent, comme elles peuvent,  sous les arbres.

Ce village perdu au milieu de nulle part, entouré de forêts bruissantes s’ouvre à la pluie. Les feuilles reluisent, les cheminées fument dans le matin frisquet. Le printemps avait pourtant bien commencé.  La soirée s’annonce fraîche.

 

 

 

A partir de nos textes  écrits sur le thème de la pluie, la consigne était d'en tirer un texte écrit en graphisme, celui que j'ai posté juste avant.

Tag(s) : #ECRITS en ATELIER